Ils ont trouvé !

Voici le témoignage de finissants en géomatique qui œuvrent maintenant dans leur domaine. Plusieurs emplois variés aux quatre coins du globe sont disponibles en tout temps. Vous pouvez consulter les offres sur le site du Département des sciences géomatiques de l’Université Laval ou sur GoGeomatics.ca.
 

Philippe Dion

Plus jeune, j’ai toujours eu une passion pour les cartes, ne serait-ce que la compréhension d’une carte au trésor à l’âge enfantin, en passant par les cartes topographiques du temps des scouts, jusqu’aux cartes routières à l’adolescence où mon père me mettait en charge du copilotage. C’est alors que j’ai découvert le programme de génie géomatique de l’Université Laval.

- Philippe Dion
Ingénieur junior, SOPFEU
suite...

 

 

 

Eugénie Nyaminani

Ayant grandi dans un pays qui a connu la guerre, j’ai voulu m’investir très tôt dans un domaine qui me permettrait d’aider les gens lors d’importants conflits. Au moment de choisir mon cursus universitaire, tout le monde me dirigeait vers des études de droit ou de relations internationales. Or, ayant une passion pour la technologie, les cartes et la géographie, j’ai choisi la géomatique. Je voulais prouver qu’il était possible de réaliser son rêve en suivant un chemin différent. Et j’ai réussi!

- Eugénie Nyaminani
Bachelière en géomatique
suite...

 

 

 

Frederic Gougeon

Je travaille présentement dans le domaine de la construction, à l’emploi d’EBC-Neilson sur le chantier la Romaine-2 d’Hydro-Québec. Nous y construisons un barrage hydroélectrique ainsi que 3 digues. Il s’agit d’un chantier à baraquement où nous avons une semaine et demi de congé après chaque 5 semaines de travail. Ici, le rôle du technicien en géomatique consiste à implanter des points de repère pour installer les différents matériaux nécessaires à la réalisation des ouvrages.

- Frédéric Gougeon
Technicien en géodésie
suite...

 

 

 

Géomat… quoi? C’est ce que disaient les personnes de mon entourage lorsque j’ai fait mon choix pour étudier en géomatique. J’ai choisi le génie géomatique parce que je trouvais ça intrigant de commencer une carrière dans un domaine complètement nouveau et en effervescence. Je me sentais et me sens toujours comme quelqu’un d’unique et de différent en raison de ma profession.

- Jérémie Fortin-Groulx
Ingénieur
suite...

 

 

 

Guillaume Meunier

Au quotidien, je travaille à temps plein sur la refonte du cadastre québécois. Il s’agit d’une lecture des titres de propriétés dans un mandat bien défini. Comme le territoire québécois est excessivement grand, cette réforme, qui a commencée en 1985, est encore en route pour une bonne quinzaine d’années, donnant ainsi du travail à des centaines de personnes dans la province!

- Guillaume Meunier
Arpenteur-géomètre
suite...

 

 

 

Karine Monet

J’ai toujours aimé bouger et je cherchais un travail où je ne serais pas enfermée entre quatre murs toute la journée. Je me suis donc inscrite en technique de la géodésie (géomatique, arpentage) au collège Ahuntsic. Mon intérêt pour ce domaine était grandissant et les professeurs ont su me transmettre leur passion. Un projet d’arpentage dans un village de l’Équateur a mis fin à ces trois belles années d’études.

- Karine Monet
Technicienne en géodésie
suite...

 

 

 

Marc Descoteaux

Malgré mon jeune âge, j’ai déjà eu la chance de vivre des expériences incroyables grâce à la géomatique. J’ai, entre autres, étudié et arpenté dans la magnifique région d’Alsace en France dans le cadre d’un échange inter-universitaire d’un an, j’ai travaillé dans la forêt boréale du nord de l’Alberta pour des projets gaziers lors d’un stage en entreprise, j’ai effectué de la coopération internationale sur un chantier dans la brousse du Bénin en Afrique et j’ai piloté un projet de géomatique avec un partenariat universitaire au Nicaragua en Amérique centrale. Peu d’autres disciplines auraient pu me permettre de voir autant de pays!

- Marc Descoteaux
Arpenteur-géomètre
suite...

 

 

 

Sanit Sananikone

Dès ma sortie de l’université, c’est le GPS qui m’interpella : je me suis donc retrouvé au beau milieu des champs, des fossés, des marais, à pied, en quatre roues, ou en camion, à aider des entreprises à démarrer leurs projets GPS de précision. J’ai ensuite travaillé pour la Sûreté du Québec sur des projets cartographiques en lien avec diverses opérations policières. Aujourd’hui, je travaille pour la Ville de Montréal à titre d’ingénieur en géomatique.

- Sanit Sananikone
Ingénieur en géomatique
suite...

 

 

 

Mathieu Plante

J’ai choisi la géomatique parce qu’à la base j’aime la géographie. J’ai un intérêt pour les problématiques liées aux domaines des transports, de l’environnement et de la santé des populations. La géomatique est pour moi une façon d’intégrer l’informatique, la géographie et les affaires pour apporter des solutions concrètes dans mes domaines d’intérêt.

- Mathieu Plante
Analyste en géomatique et intelligence d’affaires
suite...

 

Tu te cherches encore ?

DEP en arpentage, DEC en technologie de la géomatique, baccalauréat en géomatique et même maîtrise ou doctorat. Trouve la formation
qui te convient et positionne-toi pour un avenir durable !

Partenaires